blason du Finistère

Yan' Dargent (1) 1824-1899

accueil
Voir aussi
Le bicentenaire de sa naissance

A - Introduction

Né à Saint-Servais, tout près de Pont-Christ, d'une mère bretonne et d'un père lorrain, Yan' Dargent (1824-1899), Jean Edouard DARGENT à l'état-civil  , réalisa une production artistique très variée :
- illustrateur comme Gustave Doré, son concurrent
- peintre paysagiste
- peintre de scènes mystiques (Sainte Famille, Saints, légendes bretonnes, ...)
- réalisateur des fresques de la cathédrale de Quimper
- chemin de croix de l'église de Saint-Houardon à Landerneau
- concepteur de vitraux, notamment ceux de l'église de Plounéventer... etc...

 

Yan' Dargent a été photographié par l'abbé Habasque dans la grotte de l'ermite à Brezal vers 1890.

 

Un musée lui est consacré à Saint-Servais et de nombreuses oeuvres peuvent être admirées dans le Finistère et en Bretagne. Ses oeuvres qui ont pour sujet Pont-Christ et Brezal sont présentées dans le chapitre "Les artistes que Pont-Christ a inspirés".

On trouvera ici, plus bas, d'autres oeuvres sur des sujets différents, mais toujours aussi belles.

 

Qui était Yan Dargent ? C'était le petit-fils de Pierre Robée, figure bien connue à l'époque à Brezal et à Saint-Servais. Voici quelques notes sur sa famille bretonne.

X Claude DARGENT, né le 1er décembre 1793, St-Epvre (Meurthe-et-Moselle), décédé le 16 avril 1866, Landerneau (à 72 ans), tanneur.
Marié le 11 janvier 1824, St-Servais, avec Marguerite Perrine Clémentine ROBEE, née le 30 juillet 1803, Brest, décédée le 15 juin 1826, Keryven, St-Servais (à 22 ans), dont

B - Quelques oeuvres

La Légende de saint Kadock


Yan' Dargent (1824-1899) - La Légende de saint Kadock, vers 1880
Plaque de terre cuite émaillée, 14,5 x 28,5 cm - Musée des beaux-arts de Quimper © Musée des beaux-arts de Quimper

Cette rarissime plaque émaillée éclaire d'un jour nouveau la carrière et les créations de Yan' Dargent, artiste bien connu à Quimper. Illustrant le monde merveilleux et légendaire de la venue des évangélisateurs gallois, écossais ou irlandais en Bretagne, Yan' Dargent décrit avec un sens du naturel inné l'invraisemblable traversée qu'effectue saint Cado (ou saint Kadock), installé dans son auge de pierre poussé par deux anges joyeusement accaparés par leur tâche. La finesse du dessin est magnifiée ici par l'usage d'un camaïeu bleu sombre parfaitement maîtrisé. Cette composition aux petits accents à la William Blake reprend, mais en sens inversé, le grand tableau du Miracle de Saint Houardon (tableau qui suit) conservé dans l'église Saint-Houardon de Landerneau. Cette dernière oeuvre date de 1859. Ce sujet, qui devait plaire à l'artiste, est traité plus tard en abordant la légende de saint Kadock, au début des années 1860. Une gravure, publiée dans l'Illustration des dames et des demoiselles du 19 juin 1864, en garde le souvenir.

Quant à cette plaque, les opinions divergent au sujet de l'atelier qui l'aurait vu naître. Le catalogue de l'étude de Brest évoque la maison HB à l'époque de la direction de Mme Malherbe-Béru, veuve de La Hubaudière. Bernard Verlingue, directeur du musée de la Céramique de Quimper, évoque lui, plutôt une création en collaboration avec le peintre Michel Bouquet au sein des ateliers de Keremma. Dans tous les cas, la datation s'oriente autour des années 1880.

Saint-Houardon traversant la Manche


Saint Houardon traversant la Manche - Eglise de Saint Houardon à Landerneau

L'été


L'été (source 1864-illustration-1112_Page_12)

La mort de Salaün


La mort de Salaün - Eglise de Saint Servais - Photo A. Croguennec

Salaün ar Foll est considéré comme simple d'esprit par ses contemporains, mendiant son pain de ferme en ferme en répétant inlassablement « Ave Maria, itroun gwerc'hez Maria (Oh! madame Vierge Marie!) ». Il vit dans une clairière de la forêt près de Lesneven. Il est appelé "Le fou du bois" (Foll ar c'hoad), car selon la légende, il habite dans le creux d'un arbre, dans la forêt. Il passe toutes ses journées à mendier, après avoir assisté à la messe du matin. "Salaün ar Foll" meurt dans l'indifférence en 1358. Peu après, on découvre sur sa tombe un lys sur lequel est écrit en lettres d'or : "Ave Maria". En ouvrant sa tombe, on constate que le lys prend racine dans sa bouche. Le « miracle » attire rapidement les foules. On bâtit une chapelle basilique Notre-Dame du Folgoët au lieu désormais appelé Le Folgoët, qui sera érigée en collégiale par le duc Jean V en 1423.

Lire la superbe pièce de théâtre, en vers et en breton, bien sûr, écrite par Tangi Malmanche : "Buhez Salaün, lesanvet ar foll".

Les lavandières de la nuit


Les lavandières de la nuit (Musée des Beaux-Arts de Quimper)

C'est sans doute le tableau le plus connu de Yan' Dargent. Au Salon de Paris en 1861, il attire l'attention, en particulier celle de Théophhile Gautier, le critique du Salon, qui déchiffre la légende et publie dans la presse un papier romantique en diable qui va faire courir le Tout-Paris et discourir tous les experts de la capitale.
     "Il y a, dit-il,un véritable sentiment fantastique dans Les lavandières de la nuit de M. Yan' Dargent. On connaît cette légende bretonne des laveuses-spectres qui savonnent des linceuls avec des clairs de lune sur la pierre des lavoirs et prient le passant égaré de les aider à tordre leur linge. C'est par ces nuits où des brumes blanches flottent au-dessus des prairies et des saulaies qu'on entend le bruit de leurs battoirs couper la note plaintive de la rainette dans le vaste silence des campagnes. L'artiste a représenté sur une toile de forme oblongue les lavandières de la nuit à la poursuite d'un pauvre paysan breton à qui la peur donne des ailes malgré ses grègues embarassantes et ses lourds sabots. Mais l'haleine va bientot
lui manquer et il tombera mort dans une flaque d'eau où parmi les nénuphars flotte déjà un cadavre. L'essaim des laveuses nocturnes s'allonge derrière lui comme un banc de vapeurs, dessinant de vagues formes humaines tendant de maigres bras armés de battoirs. Les vieux troncs écimés se tortillent hideusement sur le bord de la route et prennent de monstrueuses apparences spectrales ; de leurs moignons informes ils semblent vouloir retenir le fugitif ou le menacer. Cependant une lune blâfarde jette son froid rayon sur cette scène de fantasmagorie ébauchant ça et là à travers l'obcurité des silhouettes inquiétantes".

Et ce sont ces quelques lignes qui suffisent pour attirer le visiteur et ainsi changer la vie de Yan' Dargent. Voici l'enfant de Saint-Servais en passe d'être célèbre, non seulement à Paris, mais dans la France entière. Son tableau est reproduit dans la presse, en particulier dans L'illustration de juillet 1861. (Jean Berthou).

Les vapeurs de la nuit


Les vapeurs de la nuit (Musée de St-Servais et musée de Lyon)

Fresque : "les trépassés"
Dahut

Un des panneaux de la fresque dans l'ossuaire de St-Servais - Photo A. Croguennec.
Cette peinture murale en quatre parties fut découverte il y a une vingtaine d'années sur le grand mur de l'ossuaire. C'était à l'occasion de l'enlèvement du lambris qui avait besoin de réparation. Les chefs-d'oeuvre sont parfois découverts par hasard.

Dahut a provoqué la submersion de la ville d'Ys. Gradlon, son père, a bien essayé de la sauver en l'emportant sur son cheval, mais il a dû l'abandonner dans les flots. Pour Yan' Dargent, la princesse ne succombera pas, la voilà qui resplendit sur les eaux.

Idylle bretonne
La comtesse Rodellec du Portzic

La comtesse Rodellec du Portzic

(Musée de St-Servais) 

 

<< Idylle bretonne, vers 1864. Huile sur toile, 84 x 58 cm.
     (Collection particulière. Visible à St-Servais)
     La scène bucolique, aux couleurs claires, se déroule
     sous une frondaison somptueuse.

C - Peintures murales de la cathédrale de Quimper

1. Le père Maunoir obtient miraculeusement le don de la langue bretonne
2. Le ravissement de Saint Corentin
3. La conversation extatique de Saint Corentin et Saint Primel
4.Saint Roch guérissant les pestiférés
5. Saint Roch nourri miraculeusement par le chien du seigneur Gothard
6. Jésus-Christ donnant les clés à Saint Pierre
7. Le repentir de Saint Pierre
8. Saint Frédéric fait des remontrances au roi Louis Le Débonnaire
9. Saint Frédéric martyrisé
10. Prêche du vénérable Dom Michel Le Nobletz
 
11. Conversion de Saint Paul
12. Saint Paul devant l'aréopage
13. Baptême de Notre-Seigneur Jésus-Christ
14. La prédication de Saint Jean-Baptiste
15. La fuite en Egypte
16. La mort de Saint Joseph
17. Education de la Sainte Vierge
18. Visite de Sainte Anne à la Sainte Famille à Bethléem
19. La nativité
20. L'adoration des mages
 

Dans les années 1870, les chapelles de la cathédrale de Quimper reçoivent vingt fresques romantiques représentant des scènes de la vie des saints. A la demande de l'évêque, Yan' Dargent réalise plusieurs centaines d'études préparatoires avant de peindre, à la cire et à l'huile sur enduit sec, son "grand poème de la Légende bretonne". Cette oeuvre majeure, emblématique d'un âge d'or de la peinture religieuse en France, lui vaut gloire nationale et de nombreuses commandes pour le diocèse avant de tomber dans l'oubli ; elle sera redécouverte à la fin du XXè siècle.

Dix-huit pans de mur, en arc brisé, de 6 m de haut sur 2,25 m à 2,85 m de large sont peints, dans les huit chapelles du collatéral du choeur, le déambulatoire et la nef, composant vingt scènes différentes, auxquelles s'ajoutent pendentifs, impostes et retombées de voûtes.
 

Mur de la sacristie (1878 - 1879)

Le père Maunoir obtient miraculeusement le don de la langue bretonne.
 

L'inscription au bas du tableau explicite le sujet, difficile à rendre en peinture. Le père Julien Maunoir (1606-1683), professeur au collège des Jésuites de Quimper et originaire de haute Bretagne, reçoit en la chapelle de Ti-Mamm-Doue (située dans la campagne de Kerfeunteun, aux portes de Quimper) le don de la langue bretonne, afin de pouvoir se consacrer à ses missions d'évangélisation en basse Bretagne.

Un ange lui apparaît, qui touche ses lèvres de la main droite, tandis que de la gauche il semble lui indiquer les pays à évangéliser.

Derrière la verrière se profile le calvaire de La Trinité, situé dans l'enclos de l'église paroissiale de Kerfeunteun.

Chapelle Saint Corentin (1871 - 1872)

Le ravissement de Saint-Corentin, détail.

La composition et le choix des couleurs rappellent L'assomption de la Vierge par Nicolas Poussin (Louvre), artiste admiré par Yan' Dargent. [...]

Le développement dynamique en hauteur, l'utilisation judicieuse de l'ogive, les mouvements des bras et des ailes d'anges, les regards tournés vers le ciel portent le fidèle vers l'au-delà où trônent les chérubins. Le peintre fait preuve ici d'une parfaite science de la composition et du coloris, d'une excellente maîtrise de la lumière. Les gris, les bleus argentés, d'une douceur évanescente, sont en harmonie avec le rouges et les ors des robes du saint et des anges. Le concierge de l'évêché, Corentin Kervel, sert de modèle pour son saint patron.

  

La conversation extatique de Saint Corentin et Saint Primel.

La scène, empruntée à la Vie des saints d'Albert Le Grand, représente le premier évêque de Quimper s'entretenant des choses célestes avec saint Primel en son ermitage de la forêt de Névet. Au premier plan, à gauche, figure la source que Corentin a fait jaillir avec son bâton pour épargner à son maître vieillissant la corvée d'eau. Voir ICI.

Une douce lumière baigne la scéne, empreinte de la foi naïve du disciple, d'un certain archaïsme. Une petit oiseau chante les louanges du Seigneur perché sur une corde au milieu de la scène. Au fond, dans une lumière bleutée, apparaissent la baie de Douarnenez et les falaises de la presqu'île de Crozon.

Chapelle Saint Roch (1871 - 1872)

Saint Roch guérissant les pestiférés

Cet épisode de la vie du saint a été souvent représenté. Saint Roch est vêtu ici de l'habit du tiers ordre franciscain. Il élève son crucifix vers le ciel pour implorer la miséricorde divine. L'artiste fait preuve d'une bonne science de la composition et use de raccourcis brillants.

    

Saint Roch nourri miraculeusement par le chien du seigneur Gothard, détail.

Voir aussi ICI.

Après avoir contracté la peste à Plaisance, saint Roch, chassé par les habitants de la ville, se retire dans une forêt proche. Le chien du seigneur Gothard le ravitaille d'un pain dérobé à son maître. L'artiste choisit de représenter l'instant où Gothard découvre le mystère de la disparition quotidienne de son animal. En écho, un médaillon du vitrail de la chapelle donne une version proche de la scène.

La chaumière du saint, pauvre cabane de branchages, apparaît dans un paysage splendide. Yan' Dargent s'est inspiré du site de Brezal, près de Saint-Servais où il a passé son enfance, pour peindre ce paysage. Au fond est représenté à cheval le seigneur Gothard qui observe la scène. L'artiste se révèle dans ce tableau un excellent animalier (le chien, notamment, a été l'objet de nombreuses études d'après nature). Le saint, en extase, reproduit les traits de Victor Courant, l'aide du peintre à la cathédrale, comme l'atteste un portrait conservé chez ses descendants.

Chapelle Saint Pierre (1872)

Le repentir de Saint Pierre
 

Dans le tympan, saint Pierre, replié sur lui-même, pleure son triple reniement. Au lointain, le Christ apparaît dans un halo de lumière.

N. S. Jésus-Christ donnant les clés à Saint Pierre
 

Les coloris, où dominent les ors et les rouges, ont été volontairement haussés par l'artiste pour lutter contre le faible éclairage diffusé par le vitrail de la chapelle.

Mgr Sergent, au visage rajeuni, est représenté de face appuyé sur un bâton, sous les traits de saint Thomas.

 

C'est en 1870, un an avant sa mort, que Mgr Sergent, évêque de Quimper et de Léon, avait confié à Yan' Dargent le décor de huit chapelles de la cathédrale. Le projet sera poursuivi par son successeur Mgr Nouvel.

Chapelle Saint Frédéric (1876)

Saint Frédéric fait des remontrances au roi Louis Le Débonnaire

Frédéric, évêque d'Utrecht, reproche à Louis le Débonnaire, fils de Charlemagne, son mariage incestueux avec Judith de Bavière et réprouve la conduite dissolue de son épouse.

  

Saint Frédéric martyrisé

Saint Frédéric est assassiné après avoir célébré la messe dans sa cathédrale, sur l'ordre de l'impératrice Judith. On pourra s'émouvoir devant la mort si pathétique de ce saint, assassiné sur les marches de l'autel et priant, au moment d'expirer, pour ses deux bourreaux, dont l'un guette dans le fond du tableau, tandis que l'autre s'enfuit au dernier plan.

Mur du collatéral sud (1878 - 1879)

Prêche du vénérable Dom Michel Le Nobletz
 

Michel Le Nobletz (1577-1652) est représenté ici lors d'une de ses missions. Il présente à l'assemblée un crâne destiné à frapper les esprits.

Dans la foule des fidèles, en costume de Quimper, plusieurs portraits, dont ceux de Marie-Catherine Cornic et de sa soeur, de la ferme de Kernazet en Kerfeunteun, qui guidaient les pèlerins à Ti-Mamm-Doue. Le serviteur de l'artiste à Saint-Pol-de-Léon, François Le Bris, prête ses traits au desservant qui tient le crucifix.

Le clocher à dôme est celui de l'église de Plabennec.

Chapelle Saint Paul (1876)

La Conversion de Saint Paul

Le Christ ressuscité apparaît à saint Paul sur le chemin de Damas. Le halo qui l'entoure éclaire cette scène crépusculaire. A noter, outre la belle étude du cheval, au bas de la peinture, les armoiries de la famille de Calan qui a participé au financement du décor de la chapelle.

 

Saint Paul devant l'aréopage

Saint Paul prêche sa foi devant le Sénat de la ville d'Athènes.

Deux portraits ont été identifiés, ceux des chanoines Chesnel, vicaire général honoraire de Mgr Sergent, à gauche en manteau violet, et de La Lande de Calan, du chapitre de la cathédrale, au centre, la tête coiffée d'une calotte.

L'Aréopage est le lieu (nom d'une colline d'Athènes) et l'assemblée où saint Paul a prononcé un discours célèbre relaté dans les Actes des Apôtres, dont voici un extrait :
" Alors Paul, debout au milieu de l'Aréopage, fit ce discours : « Citoyens d'Athènes, je constate que vous êtes, en toutes choses, des hommes particulièrement religieux. En effet, en parcourant la ville, et en observant vos monuments sacrés, j'y ai trouvé, en particulier, un autel portant cette inscription : 'Au dieu inconnu'. Or, ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer. » "

Chapelle Saint Jean-Baptiste (1875)

Le Baptême de Notre-Seigneur Jésus-Christ

Particularité iconographique, Yan' Dargent a choisi de présenter le précurseur agenouillé sur un rocher devant le Christ.

 

La prédication de Saint Jean-Baptiste

La scène baigne dans une lumière crépusculaire qu'affectionne l'artiste. Dans le lointain, le Christ apparaît dans un halo, préfiguration de l'Ecce Agnus Dei.

Chapelle Saint Joseph (1873)

La fuite en Egypte

Belle scène nocturne, à l'atmosphère romantique, illuminée par la figure endormie l'Enfant Jésus. L'âne, bien rendu, écrase de son sabot le serpent du mal.
 

 

La mort de Saint Joseph

La scène est empreinte d'une grande sérénité, d'une intimité toute familiale. Lucien Gabriel Rossi, collaborateur de l'architecte diocésain Joseph Bigot, a servi de modèle au Christ. Voir un portrait de Lucien Rossi en cliquant sur le livre vert.

Chapelle Sainte Anne (1873)

L'Education de la Sainte Vierge
 

Dans le tympan, Sainte Anne fait ici pendant au saint Pierre du repentir, de l'autre côté du choeur : même utilisation de l'espace, même qualité de lumière et de ton.

 

Nous avions à Brezal une représentation de cette scène mais d'un autre style, dont je ne connais pas l'auteur, malheureusement.

Sainte Anne visite la Sainte Famille à Bethléem
 

L'Enfant Jésus, assis sur les genoux de la Vierge, tend les bras vers sainte Anne. En arrière plan, dans une trouée de lumière, saint Joseph contemple la scène avec attendrissement. Des colombes, perchées sur les poutres du logis, apportent une note de fraîcheur et de sérénité à la scène où dominent les rouges et les bruns.

Chapelle des Trois-Gouttes-de-Sang (1881)

La nativité

La lumière qui rayonne de l'Enfant Jésus éclaire les visages de la Vierge et des anges par le bas, donnant un effet fantastique à la scène.

 

L'adoration des mages

Scène proche de la précédente par la composition et le rendu.

D - Diaporama - Autres oeuvres de Yan' Dargent

 Diaporama : photos    
Photo  n° 
  
 Avance
manuelle
 


Autres oeuvres :
- portraits (1 à 5)
- paysages (6 à 9)
- scènes rurales (10 à 15)
- scènes religieuses (16 à 20)
- scènes mystiques (21)
- allégories (22)
- illustrations (26 à 29)
- vitraux 1 (30 à 39)
- faïence (40)
- à Pleyber-Christ (41 et 42)
- à St-Houardon Landerneau
  (43 à 55)
- autres ajouts (56 à 60)
- Pâtre sur les rochers
  à Plouneour Trez (61 et 62)
- L'onction à Béthanie (63)
- fresques à St-Joseph de
   Morlaix (64 à 74)
   < Màj 
- La Divine Comédie,
   Paolo et Francesca (75)
- autres oeuvres(76 à 80)

1 On trouve des vitraux
dessinés par Yan' Dargent
à St-Servais,
à Plouneventer,
à Botsorhel, à Ploubezre.
 

Voir aussi le portrait de Dom Anselme Nouvel de La Flèche, évêque de Quimper et de Léon

Concernant les membres de la famille Le Bos-Despinoy représentés dans la procession des saints à St-Houardon, voir n° 43, 49 et 50


 

1 - Jeune garçon au yoyo. Huile sur toile. Salon de 1851. Musée de Brest-Morlaix-Rennes Décore l'église Saint Gervais à Paris
 

E - Articles de presse

Bénédiction de neuf tableaux à St-Houardon (Semaine Religieuse du 10/4/1891)

Dimanche dernier, avait lieu, à Saint-Houardon, la bénédiction de neuf magnifiques tableaux placés au-dessus des arcades du choeur. Ces tableaux, don de M. Yan' Dargent et témoignage de son beau talent, produisent un admirable effet. 


Commentaires sur les tableaux de Yan' Dargent (Journal L'Univers du 15 juillet 1891)

Page 1 - Cliquer sur le petit livre vert      Page 2 - Cliquer sur ...      Page 3 - Cliquer sur ...      Page 4 - Cliquer sur ...

Page 1/4   X
Page 2/4   X
Page 3/4   X
Page 4/4   X

Le début de l'article traduit une certaine condescendance envers ce qui se fait ailleurs que dans la capitale. Nous en avons l'habitude.
Mais ensuite l'auteur en vient à des commentaires beaucoup plus sérieux, et bien sûr plus valorisants pour l'oeuvre de notre artiste.


Bénédiction de deux nouveaux tableaux à Landerneau (Semaine Religieuse du 14/10/1892)

Il nous semble qu'un peu plus d'un an s'est écoulé depuis que Monseigneur Lamarche bénissait dans l'église de Saint-Houardon, sept tableaux où M. Yan' Dargent a représenté le sauveur dans sa gloire, entouré des anges, des apôtres, des évangélistes et des docteurs. La Semaine Religieuse parla de cette grande oeuvre, et peu après le journal l'Univers publia un article très remarqué où se trouve la note vraie sur le travail de l'artiste breton.

Les habitants de Landerneau n'ont pas cru avoir fait assez en donnant un tel embellissement au choeur de leur église ; M. Fleury, qui depuis douze ans s'est vu confier le soin de diriger cette paroisse, n'a point reculé devant une telle entreprise, et le résultat obtenu par lui, dit assez qu'il n'avait pas trop présumé de la générosité de ses fidèles. La décoration de la nef est commencée ; elle s'achèvera.

 1 

Le tableau du côté de l'Epître représente le choeur des martyrs :

Saint Etienne ouvre la marche, portant d'une main un encensoir, et de l'autre une des pierres instruments de son supplice.

A côté de lui, et un peu en avant, bien que sur l'arrière-plan, figure le diacre saint Laurent sur son gril. Cette représentation d'un saint dans le supplice même, ne cadre pas précisément avec le caractère général d'une oeuvre qui a pour but de représenter le ciel avec les saints dans la gloire.

Après saint Etienne, vient saint Eleuthère, diacre de saint Denys et son compagnon dans le martyre ; puis saint Vincent, diacre de Saragosse ; comme patron des vignerons, il porte une grappe de raisins ; à ses pieds est un loup qu'attaque vigoureusement un corbeau. Après le supplice de cet illustre martyr, son corps étant resté exposé à la rapacité des loups, un corbeau défendit contre les fauves ces restes précieux.

A la suite de ce groupe des quatre diacres martyrs, vient saint Denys l'Aréopagite, d'abord évêque d'Athènes, puis de Paris ; il porte sa tête entre ses mains, et cette représentation a un grand air de noblesse.

A côté de saint Denys, se voit saint Irénée, évêque de Lyon, formé à l'école de saint Polycarpe, qui lui-même avait été disciple de l'apôtre saint Jean. Viennent ensuite les Enfants Nantais. Saint Donatien montre le ciel à son frère Rogatien et le console en lui disant que le martyre lui tiendra lieu de baptême.

La tête de saint Théodore apparaît derrière le groupe des deux jeunes martyrs bretons. Inutile de rappeler que saint Théodore était soldat.

Saint Pancrace, vêtu de la robe des jeunes romains est à côté de saint Sébastien ; le soldat appuie la main sur l'épaule de son ami. On sait quelle intimité le cardinal Wiseman a prêtée à ces deux martyrs dans son admirable livre sur "l'Eglise des Catacombes".

Saint Maurice porte sa riche armure de chef de la légion Thébaine.

Saint Cadoc, évêque de Cambrie, puis solitaire dans un îlot du Morbihan, enfin immolé à l'autel par les Saxons idolâtres après son retour dans sa patrie, est représenté ici jouant de la harpe, car il était barde et cultivait également la poésie et la musique. Saint Cadoc était patron des guerriers de Bretagne et c'est lui que les trente Bretons de Beaumanoir invoquaient en marchant sur les trente Anglais de Bembrough.

Voici maintenant un groupe admirable ; le prince breton saint Miliau et son fils saint Mélar. Le père regarde avec tendresse l'enfant dont il presse la main mutilée ; celui-ci est rayonnant de grâce et d'innocence. Tout est parfait dans son attitude comme dans les détails et les nuances de son costume.

A Landerneau on ne pouvait omettre dans le groupe des martyrs le grand primat d'Angleterre, saint Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry. Il était le patron d'une des trois paroisses de la ville ; son église est toujours debout et sert de succursale à Saint-Houardon. Saint Thomas tient en main l'un des trois glaives qui furent les instruments de son martyre.

Le personnage qui suit saint Thomas est encore un saint local. Saint Salomon, roi de Bretagne, a été assasiné à l'endroit qui, en souvenir de cet événement, s'appelle encore La Martyre.

Derrière saint Salomon est une figure à peine indiquée ; saint Bieuzy, disciple de saint Gildas, mis à mort près de Baud, dans le Diocèse de Vannes.

 2 

Du côté de l'Evangile apparaît le choeur des Vierges martyres.
[de droite à gauche]

D'abord marche sainte Thècle qui, la première de son sexe, a répandu son sang pour Jésus-Christ. Un lion lui lèche les pieds.

Sainte Philomène, l'amie céleste du bon curé d'Ars, présente les deux flèches dont elle a été transpercée.

Sainte Agnès est reconnaissable à l'agneau qui se tient à ses pieds.

Sainte Cécile, agenouillée, joue d'un instrument de forme archaïque.

Sainte Agathe et sainte Lucie, les deux vierges siciliennes, forme un seul groupe ; la première offre à Dieu, sur un plat, ses chairs mutilées.

Sainte Apolline présente les tenailles qui servirent à lui arracher toutes les dents. On sait que cette illustre martyre était d'un âge très avancé quand elle fut condamnée au supplice.

Les trois personnages qui suivent forment un groupe d'une particulière importance qui occupe le centre du tableau. C'est d'abord sainte Catherine d'Alexandrie, puis Jeanne d'Arc, et enfin sainte Marguerite. La Pucelle écoute les voix de ses deux saintes dont la première tient un glaive, dont la seconde élève une croix et foule aux pieds le dragon. Jeanne d'Arc n'étant pas honorée [en 1892] du culte des Saints ne porte ni nimbe ni auréole.

Derrière sainte Marguerite est sainte Blandine portant une cruche ; la jeune martyre de Lyon était esclave, et c'est pourquoi elle est représentée dans les fonctions de la domesticité.

Sainte Barbe a près d'elle une tour percée de trois fenêtres, souvenir de la prison où elle fut enfermée par son père avant que celui-ci ne lui donnât de sa propre main le coup de la mort.

Derrière sainte Barbe, est sainte Eulalie, dont on n'aperçoit que le visage.

Aux pieds de sainte Ursule, princesse de Grande-Bretagne, sont deux de ses compagnes vierges et martyres comme elle ; sainte Evette et sainte Thumette.

Madame Victoire de Saint-Luc, religieuse à la Retraite, guillotinée à Paris, pour avoir peint et distribué des images de sacré-Coeur, clot la série des Vierges martyres. Comme Jeanne d'Arc elle a été représentée sans auréole. Afin de se conformer aux désirs de la sainte Eglise, il eut été préférable que ces deux personnes fussent représentées à genoux.

Une autre critique qui n'enlève rien à la valeur artistique de l'oeuvre : les martyrs auraient dû occuper le côté de l'Evangile, et les Vierges et martyres le côté de l'Epître. Si M. Yan' Dargent a saisi cet ordre, c'est pour se conformer à ce qu'a fait Flandrin dans ses fresques de saint Vincent-de-Paul. Nous regrettons cependant cette inversion.
 

* * *

F - Liste non exhaustive de ses oeuvres

Autoportrait, réalisé à partir d'une photographie
ancienne (Musée de St-Servais)

G - Portraits du peintre









 Photographie sur plaque de verre découverte dans le fonds d'atelier de J.L. Nicolas par Florie Dupont LVDA.
Est-ce Yan' Dargent sans ses lunettes ?
Ou Jean-Louis Nicolas lui-même ?

 

H - Sources



logo André Croguennec
 André J. Croguennec - Page créée le 16/12/2017, mise à jour le 16/6/2024.